Les dragons du Lac Sacré

Je renie la fatale hérésie... Je préfère fuir la désharmonie...
 
PartenairesPartenaires  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nirmiae

Aller en bas 
AuteurMessage
Jatheline
Déesse de l'imaginaire
Jatheline

Féminin
Nombre de messages : 482
Age : 28
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Nirmiae   Ven 16 Oct - 10:16

Nom du forum : Nirmiae
Lien de votre site : http://nirmiae.forumotion.com/forum.htm
Nombre de membres : 10
Date de création : 11/06/2009
Nom du ou des Admins : Sian, Admin et Iefim, Modérateur
Brève histoire :



Les Humains de la Terre ont été d’une bêtise affolante, vous ne trouvez pas ?
Au cours de ma longue, très longue vie, jamais personne ne m’a donné autant de travail en si peu de temps…
Il faut bien leur reconnaître une chose pourtant : leur technologie était la plus perfectionnée de tout l’Univers… Mais ça ne les a pas mené bien loin, au final.
Mais que je suis impolie ! Je ne me suis même pas présentée…
Disons que, communément, on me nomme… La Mort ou encore, la Faucheuse.
Ne vous effrayez pas ainsi voyons ! Je sais que j’ai un travail ingrat, mais il ne faut pas exagérer.
Comment ? Vous voulez que je vous raconte ? D’accord…

Selon le calendrier de cette planète, nous nous trouvions en 2856.
Depuis vingt ans, le monde était divisé par ce qu’ils appelaient une Guerre de Religions.
Les croyants à l’une des confessions les plus puissantes étaient persuadés qu’une figure de leur mythologie était redescendue sur Terre et, forts de cette « découverte », ils avaient tenté d’étouffer les autres religions.
Je suis bien placée pour vous dire que cette « figure » était un imposteur.

Toujours est-il qu’après vingt ans de guerre, toutes les religions avaient été écrasées sauf une, elle aussi très puissante.
Mais le combat dépassa rapidement les institutions religieuses et la Guerre de Religions perdit son nom pour devenir… La Quatrième Guerre mondiale.
Les forces n’étaient pas du tout égales… D’un côté, les nations alliées à la deuxième confession contrôlaient l’Afrique, l’Océanie, l’Asie et l’Amérique du Sud.
De l’autre, celles de la première doctrine avaient gardé la main mise sur l’Europe et… L’Amérique du Nord.
Seules les Iles Scandinaves avaient réussi à garder une certaine neutralité… Et leurs frontières étaient totalement fermées.

Au mois de mai 2856, le 13 pour être exacte, le chef de la première religion citée fut sauvagement assassiné, en plein cœur de son palais.
L’assassin fut bien sûr arrêté mais le coup était tel… Que la colère de ses fidèles fut sans bornes.
Il faut bien l’avouer, jusque là, la guerre était restée assez civilisée. Mais le 14 mai 2856, la bombe atomique fut envoyée… Sur Jérusalem !
Les dégâts furent considérables… Si la bombe d’Hiroshima avait causé 150 000 morts… Il y en eu près de 800 000 à Jérusalem.

Pendant un an encore, les deux forces continuèrent de se battre à coup de bombes atomiques.
En 2836, année du début de la Quatrième Guerre mondiale, la population terrestre s’élevait à 9 milliards d’habitants ; en 2857, il n’en restait… Que 700 000 dont la moitié était scandinave.

Les Scandinaves avaient assisté à ses vingt et unes années de guerre dans un mutisme contrit… Mais ils n’étaient pas restés inactifs pour autant car leurs pays étaient le tout dernier havre de paix sur Terre… Et près de 100 000 personnes se massaient à leurs frontières.
Tranquillement, ils commencèrent à en pêcher quelques uns dans la masse.
Ils s’agissaient de jeunes, entre 15 et 35 ans, qui n’avaient plus la moindre famille.
Ils étaient de tous les continents, de toutes les couleurs et j’en comptais finalement deux cent.

J’étais tellement obnubilée par ces deux cent personnes que je ne vis pas où les Scandinaves voulaient en venir… Mais quand je suivis le dernier contingent de jeunes, j’étais très, très loin de m’attendre à ça.
Je les suivis jusqu’à Vadsø, l’une des villes les plus au nord de la Norvège.
C’est là, dans les sous-sols de la ville, que je trouvais enfin le plus grand vaisseau jamais construit de l’Univers…
Il pouvait accueillir trois cent personnes, équipage compris, et avait une autonomie de vol… De 266 années-lumière soit… Euh… Non. Je n’ai pas très envie de calculer ce que cela donnerait en kilomètres… Beaucoup de zéro en tout cas.
Sa vitesse aussi était extraordinaire… Tellement que je n’ai pas pris le temps de retenir les chiffres.

Les deux cent étrangers furent conscientisés… Il fallait qu’ils se rendent compte que cette guerre était une terrible erreur qui coûterait sûrement la vie à une planète entière.
Il leur fut également interdit de parler de leur religion ! Ce sujet était devenu tabou, et le premier qui essayerait de réintroduire un dieu quelconque devait être puni.
Malgré tout, le vaisseau fut appelé Eden… Mais personne ne dit quoi que ce soit à propos de ce choix.

Eden décolla le 15 mai 2858… Deux ans et un jour après le lancer de la première bombe atomique.

Aujourd’hui, les trois cent rescapés s’approchent d’une planète qui, elle aussi, me donne beaucoup de travail… Mais je l’aime bien... Elle se nomme Nirmiae.
Ses peuples sont perpétuellement en guerre mais ils restent assez civilisés…
J’ai peur de l’impact que pourraient avoir les Humains sur cette guerre avec leurs armes à feu et tout le bataclan… Enfin soit… Nous verrons !

Tiens, qu’est-ce que c’est que cette lumière ?

Oh… C’est la Terre… Elle vient d’exploser.
Je vois la déflagration engloutir la Lune… Mars… Venus… Mercure et… Le Soleil… Qui explose à son tour.
De l’Eden, ils ont dû la voir, cette lumière… L’aboutissement de la bêtise de leur peuple…



En – 100 140, les marées, d’ordinaires déjà plus puissantes sur Nirmiae, prirent la forme d’un véritable raz-de-marée sous l’action conjuguée des deux lunes, Aeros et Aelos.
Le monde se trouva diviser en deux, une mer s’installa en son centre et les Nimriens furent plongés dans la plus profonde détresse.

En -173, les Nimriens, jusque là dispersés sans distinction de race en de petits villages le long de la côte, se rassemblèrent et unirent leurs forces pour édifier la première ville, Minyae.

En l’an 0, un Mirae du nom d’Alleran prit le commandement de Minyae par la force. Très rapidement, il ordonna la destruction des restes des villages côtiers pour s’assurer que la population ne pourrait plus quitter la cité. Après quoi il promulgua de nombreuses lois proclamant la suprématie des Mirae sur les autres races, qui furent écrasées.

En 152, les Akenaïns à la peau sombre, désormais presque aussi nombreux que les Mirae, quittèrent Minyae pour se soustraire à la domination de son Empereur.
Ils remontèrent au nord-ouest et ne s’arrêtèrent que lorsqu’ils ne purent aller plus loin. Et ils fondèrent Derylia, la ville d’argent.

En 161, un peu moins de dix ans plus tard, les Mirae décidèrent de les faire revenir dans les rangs et leur déclarèrent la guerre.
Ils se heurtèrent à de puissantes murailles et au manque d’enthousiasme de leurs propres troupes.
Le siège de Derylia dura quatre ans.

En 165, à cours de vivres, les Akenaïns organisèrent une contre-attaque et surprirent les Mirae qui furent contraints de reculer.
Acculés à la Cynedrane, ils finirent par capituler et rentrèrent à Minyae, étonnés de la puissance akenaïne.

La même année, un fragment de la population mira, excédée par le comportement de son chef, quitta la cité.
Ils remontèrent la Cynedrane pour fonder Kaïrim, la ville neutre, où toutes les races étaient les bienvenues.

En 203, les Teïros et les Natae se concertèrent. Cela faisait bien assez longtemps qu’ils étaient exploités et brimés… Et, en s’unissant, ils étaient parfaitement capables de tenir tête à l’armée mira.
Un beau jour d’automne, ils firent donc tous leurs valises pour un long exode en direction des montagnes.
Les Mirae, à peine en surnombre, ne prirent pas le risque de s’y opposer.

Les Teïros finirent par s’arrêter dans une profonde vallée montagneuse qu’ils aménagèrent à leur façon, créant ainsi la ville de Lestad.
Mais l’environnement ne plaisait pas aux Natae qui continuèrent vers le nord pour finir par entrer dans la forêt.
Ils y errèrent pendant plusieurs années avant de tomber sur une curieuse fontaine, sculptée en plein cœur des bois. Ils choisirent alors cet emplacement pour bâtir la cité-arbre de Lhiven.

En 577, les Mirae étaient remis de leurs défaites et avaient repris des forces, à l’abri derrière leurs murailles.
Et l’armée qui quitta la cité ce printemps-là était quatre fois plus nombreuse que celle du siège de Derylia. Car Minyae n’avait pas perdu ses visées expansionnistes et l’Empereur d’alors, Annraoi, était particulièrement orgueilleux…
Il stoppa son armée en plein milieu des plaines d’émeraude et lança un défi au roi akenaïn.
La guerre qui s’ensuivit fut certes sanglante. Mais elle fut surtout très, très longue…

En 607, soit trente ans plus tard, Annraoi était mort depuis bien longtemps mais son fils, tout aussi arrogant, lui avait succédé. Et la guerre se poursuivait…
Ce fut finalement une intervention des plus inattendues qui mit un terme au massacre et subjugua tout le monde…
Les Natae sortirent de leur forêt et coupèrent le champ de bataille en deux, interdisant ainsi aux belligérants de continuer les combats !
Ce que ces derniers n’acceptèrent pas du tout…

Car quatre ans plus tard, en 612, ils s’allièrent pour se venger de l’intervention nata !
Une nuée d’Akenaïns et de Mirae fondit sur la forêt dans un ensemble presque trop parfait ! Et bien inutile !
Car leur premier problème fut… De trouver la cité-arbre.
Pourtant, les annales de Lhiven disent que l’Armée traversa la ville cinq fois au cours de la guerre et que les ennemis s’abreuvèrent même à la Fontaine, au pied du Chêne d’Or ... Mais les Natae sont d’excellents dissimulateurs…
Leur deuxième problème fut de combattre les Natae sur leur propre terrain, la forêt, alors qu’ils étaient formés aux batailles rangées en plaine.
Après sept mois de cache-cache, l’Armée finit par mettre le feu à la forêt, forçant ainsi les Natae à se montrer, au moins pour éteindre les foyers.
Ce fut une véritable tuerie …
Certes, les Natae étaient d’excellents guerriers mais l’Armée était trois fois plus nombreuse.
Alors, lorsque les Teïros vinrent à l’aide de leurs pâles amis, ils ne firent pas dans la dentelle !
En réalité, ils n’eurent même pas à se battre… Ils avancèrent dans la forêt en frappant leurs armes contre leurs boucliers et le bruit était si assourdissant que l’Armée crut que les Natae avaient invoqué des Démons à leurs secours… Et ils prirent la fuite.

En 651, lorsqu’il fut certain que les esprits étaient calmés, le chef de Kaïrim invita les quatre autres dirigeants autour de la table des négociations.
Ils convinrent que Minyae devait renoncer à son hégémonie et que chacun était maître chez soi.
Ils décidèrent également d’instaurer un climat de paix sur Nirmiae et d’encourager les échanges interraciaux.
C’est depuis cette époque que chaque nation possède son ambassade à Kaïrim et qu’un représentant de la cité neutre fait le lien auprès de chaque chef d’état.

En 967, les Mirae découvrirent les joies… Du bateau ! Et oui !
Après quelques tâtonnements, ils accostèrent sur les magnifiques côtes de Sarma, l’île des Lydrians. Ceux-ci s’intégrèrent très bien dans la vie du continent mais préférèrent tout de même garder une certaine distance…

Mais la situation avait quelque chose de trop parfaite… Les populations s’étaient peu à peu mélangées dans les différentes cités et l’on voyait même apparaître quelques métisses…

Et voila qu’au tout début de l’an 1501, l’épouse et le fils du roi de Derylia furent retrouvés sauvagement assassinés alors qu’ils revenaient d’un voyage à Kaïrim…

Ce fut tout d’abord la consternation… Puis la colère !
L’Akenaïn jura de venger la mort de sa famille par tous les moyens et appela son peuple à l’aider dans sa recherche des coupables !

Lors des funérailles royales, seuls la reine Sian de Lhiven et le chef de Kaïrim, les plus proches de Derylia, étaient présents, tandis que les autres dirigeants se contentèrent d’envoyer poliment leurs condoléances.

Et le roi de Derylia se faisait de plus en plus véhément, commençant même à lancer des accusations infondées, notamment vis-à-vis de Minyae…

Sentant venir les ennuis, la reine Sian encouragea discrètement les Natae qui le souhaitaient à rejoindre Lhiven. Et Lestad fit rapidement de même.

En 1502, une étrange bâtisse de métal se posa au cœur des plaines, entre Derylia et Kaïrim. Certains l’auraient même vu tomber du ciel… Voila qui devrait détourner l’attention de certains… Du moins pour quelques temps…



N’ayant toujours pas trouvé les responsables du meurtre de sa famille, le roi de Derylia n’en peut plus de colère. Plus le temps passe, et plus il voit ses chances de découvrir la vérité s’effacer…
Ses espions sillonnent Nirmiae à la recherche d’indices et la tension est plus que palpable chez tous les Akenaïns du continent.

L’engin métallique qui vient d’atterrir dans les plaines est une autre histoire…
Un affrontement a déjà eu lieu entre les Humains et des paysans de Kaïrim. Ceux-ci, curieux et méfiants, se sont approchés du vaisseau tout en étant armés. Les Humains, se sentant menacés, n’ont pas hésité à les faire reculer à coups d’armes à feu.
Un jeune homme a été touché et est décédé dans la nuit suite à sa blessure, faute de guérisseur…

Logo :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nirmiae
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les dragons du Lac Sacré :: Hors-Jeux :: Pubs, partenariats et top sites :: Nos partenaires-
Sauter vers: